Quelle politique étrangère pour la NZ, minister ?

Le ministre des affaires étrangères néo-zélandais, Murray McCully, était cette semaine invité à la University of Canterbury. Il s’y est exprimé sur  l’action de la NZ à l’échelle internationale.

Vu de France, on pourrait penser que « l’action de la Nouvelle-Zélande à l’échelle internationale » tient en deux mots : All Blacks. Vous vous en doutez, c’est un chouilla plus compliqué que cela (même si l’actuel ministre des affaires étrangères ne simplifie rien en cumulant également les portefeuilles de ministre des sports et ministre de la Coupe du monde de rugby 2011). Bref, ce mercredi, Murray McCully est intervenu dans un cours de politique internationale pour y parler de ses priorités en tant que chef de la diplomatie kiwie

Le premier point qu’a abordé Murray McCully est le nucléaire. « Nous sommes un pays qui a adopté une législation anti-nucléaire et nous tenons à ce que cela reste clair dans l’esprit de nos différents partenaires, notamment les Etats-Unis et l’Australie », a-t-il affirmé aux étudiants du professeur Jacob Bercovitch. Pas un scoop, tant la Nouvelle-Zélande est active dans ce domaine, que ce soit à l’Assemblée Générale de l’ONU ou lors du sommet sur la sécurité nucléaire organisé par les Etats-Unis. Pour autant, cette prise de position est significative, car elle vient d’un ministre du National Party. Or, comme Murray McCully l’a lui-même reconnu, le National Party, peu réputé pour sa politique étrangère, a longtemps ignoré cette question (c’est le Labour Party qui a fait de la Nouvelle-Zélande un pays « nuclear-free » en 1987). Il est donc intéressant de voir le National Party reconnaître son erreur et désormais promouvoir cet élément fondamental de l’identité nationale néo-zélandaise.

Rencontre McCully/Clinton sur le nucléaire (avril 2009)

Le second point a porté sur les relations économiques avec l’Asie. « Les Néo-Zélandais ne savent pas à quel point ces relations économiques nous ont sauvés ces dernières années », a soutenu le ministre. Il est vrai que l’économie kiwie est de plus en plus orientée vers les pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine, désormais second partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande derrière l’Australie. Du fait notamment de la multiplication des accords de libre-échange avec la région (Singapour, Hong Kong, ASEAN, Thaïlande, Brunei, Chine, Malaisie), la Nouvelle-Zélande compte aujourd’hui dix pays asiatiques parmi ses vingt principaux marchés d’exportation. « Le développement de ces relations fait partie de nos priorités », a souligné Murray McCully, révélant sa vision très commerciale des affaires étrangères (rien sur les droits de l’homme par exemple).

Le dernier sujet abordé lors de ce discours de 40 minutes a été les relations avec le Pacifique Sud« Nous voulons accroître nos efforts dans cette région, où vivent des personnes parmi les plus pauvres de la planète. C’est notre voisinage, mais également notre famille », a énoncé le ministre, avant de rappeler l’importance des communautés du Pacifique en Nouvelle-Zélande. Il s’est attardé sur la politique d’aide financière à la région, avec un ton maladroit alternant entre solidarité et néo-colonialisme.

Le Premier ministre John Key à l'ONU (octobre 2009)

Enfin, dans une séance de questions-réponses d’une dizaine de minutes avec l’auditoire, le ministre a été invité à s’exprimer sur les Fidji, l’Afghanistan et l’Iran. Concernant la situation aux Fidji, où le pouvoir est détenu par l’amiral Frank Bainimarama suite au coup d’Etat de 2006, Murray McCully a fait état de « progrès récents » et insisté sur l’importance du dialogue pour parvenir à la tenue d’élections démocratiques. Sur l’Afghanistan, il a justifié la présence de forces armées néo-zélandaises par l’argument de la sécurité internationale : « Il y a un million de Kiwis vivant à l’étranger, et certains sont morts dans les tours du World Trade Center, à Bali, à Jakarta… On veut que les Kiwis puissent voyager, prendre l’avion, rester dans des hôtels sans être tués. Si on s’en va d’Afghanistan, on laisse le pays à des personnes mal intentionnées. » Abordant la question iranienne, il a rappelé que la Nouvelle-Zélande fait partie des pays qui ont toujours une ambassade à Téhéran et que celle-ci doit servir à envoyer des messages forts au pouvoir iranien.

A la fin de cet échange, j’ai couru après Murray McCully pour l’interroger en vidéo sur le nouvel organigramme de l’Union européenne et sur la Coupe du monde de rugby. Malheureusement, une voiture l’attendait à la sortie du bâtiment et il s’y est immédiatement engouffré… Vous devrez donc vous contenter de cet article, qui je l’espère vous aura quand même permis d’en savoir un peu plus sur la partition néo-zélandaise dans le concert des nations.

EDIT: Bien que titulaire du poste de ministre des affaires étrangères, Murray McCully n’est pas à la tête d’un Ministry of Foreign Affairs. En effet, il partage un ministère « deux-en-un » avec le ministre du commerce : le Ministry of Foreign Affairs and Trade. Rapprochement qui en dit long…

3 réponses à “Quelle politique étrangère pour la NZ, minister ?

  1. Article intéressant et belle photo d’Hilary !

  2. Blog très intéressant.
    Petite question : est-ce un pays où il fait bon émigrer lorsque l’on est français ?

  3. Merci pour vos commentaires.

    Arnaud, je pense en effet qu’on peut dire que la NZ est un pays où il fait bon émigrer – en tout cas j’ai beaucoup apprécié cette année d’échange universitaire ! Maintenant, je ne sais pas trop ce qu’il en est niveau travail and co, n’hésite pas à te renseigner sur le forum des Frogs in NZ, tu pourras y discuter avec de « vrais » expats => http://www.frogs-in-nz.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s