La Thaïlande, un peu, beaucoup, passionnément…

Coup de balai au Palais Royal

Coup de balai, tout doit disparaître ! De mes deux semaines thaïlandaises, il me reste encore quelques souvenirs à écouler et à partager avec vous. Des mots, des vidéos et un album photo…

Un peu…

… envie d’y retourner ! Mais cette fois avec un meilleur niveau de thaï. C’était la première fois que je me rendais dans un pays dont je ne parlais pas la langue et j’ai pu me rendre compte de l’obstacle que cela représente. L’anglais est certes présent en certains endroits mais uniquement à destination des touristes. La vie des gens ordinaires, elle, se dit et s’écrit en thaï – et c’est celle là qui m’aurait le plus intéressé. J’ai pu observer, échanger des regards ou des sourires, mais pas vraiment aller au-delà, à quelques exceptions (anglophones) près. A défaut de parler la langue, j’ai dû faire avec cette frustration et accepter de passer à côté de beaucoup de choses, dans un pays tellement différent du nôtre.

Le mystère de la chaise enchaîneé

Beaucoup…

… trop occidental ? Malgré les dommages causés par le tsunami de 2004, la Thaïlande reste un pays très touristique. Il n’y a qu’à voir Chiang Mai, la deuxième ville du pays, dont l’économie est toute tournée vers cette activité. A Bangkok, il suffit de pénétrer dans le quartier des affaires ou dans l’un des énormes « malls » (centres commerciaux) pour ressentir l’emprise de la globalisation. Les grandes enseignes mondiales y ont leurs quartiers, de Carrefour à McDonald’s, en passant par Starbucks, Apple, Vuitton ou encore L’Occitane en Provence et Manchester United ! De là à se sentir à la maison, il y a quand même un fossé. Bangkok grouille comme aucune autre ville de ma connaissance, le moindre espace de trottoir y est occupé par des vendeurs de nourriture, d’amulettes ou d’objets recyclés, dans un impressionnant brassage de bruits et surtout d’odeurs. La chaleur et l’étroitesse des habitats incitent les gens à vivre dehors, comme j’avais déjà pu le constater à Tahiti. Du coup, un simple trajet en taxi permet d’assister à ce spectacle urbain…

Passionnément…

… Muay Thai ! Forcément, la Mecque de la boxe thaï, c’est la Thaïlande. Sur les recommendations d’un de mes collègues des Nouvelles Calédoniennes, je me suis rendu à une soirée de combats à Bangkok. Les combats ont lieu tous les soirs, en alternance dans deux différents stades de la ville. Pour moi, c’était un mercredi au Rajadamnern Stadium, où un bon millier de passionnés s’était donné rendez-vous. Il existe trois catégories de places : la première, près du ring, est essentiellement occupée par les touristes et par des Thaïlandais fortunés tandis que la deuxième et la troisième sont le terrain de jeu des parieurs et des simples fans. Je suis allé dans la troisième (la moins chère) et le spectacle y était sans doute plus intéressant que sur le ring ! Les parieurs s’agitent comme à la Bourse, communiquant par des signes de main frénétiques et s’échangeant des billets à la fin de chaque combat, selon des règles incompréhensibles par le néophyte. Les stades de boxe font partie des rares endroits où les jeux d’argent sont autorisés en Thaïlande, et l’ambiance vaut vraiment le détour. « Hee! Hee! Hee! »

Et le seul KO de la soirée…

A la folie…

… royale ! Vous connaissiez sans doute le culte rendu au Bouddha par les Thaïlandais, mais connaissiez-vous leur vénération du roi ? Il s’appelle Bhumibol Adulyadej et s’est fait couronné sous le nom de Rama IX, en 1950 – ce qui en fait aujourd’hui le plus long règne pour un chef d’Etat en exercice. Âgé de 82, le roi est aujourd’hui très malade et la question de sa succession s’annonce comme un sacré défi pour le pays. En attendant (voire redoutant) ce moment, les Thaïlandais affichent ouvertement leur amour du roi, considéré comme le garant de la stabilité du pays face à une classe politique indisciplinée et corrompue. Son portrait est affiché à chaque coin de rue, dans les maisons, dans les magasins, dans les bâtiments publics et même dans les temples, à côté du Bouddha ! Gare donc à celui qui osera critiquer la famille royale et peut-être même à celui qui ne se lèvera pas pour l’hymne au début de chaque projection de cinéma…

Photos : Découvrez mon album photo consacré à Bangkok en cliquant ici. L’option diaporama est toujours disponible, en haut à droite de la page Flickr.

Pour un autre regard sur la Thaïlande : Je vous invite à lire les articles de Pauline, chez qui j’ai passé ces deux belles semaines – et que je remercie au passage. Elle a contribué à trois reprises au site Amphis d’@illeurs, avec un abécédaire de Bangkok, un récit de voyages et une visite dans un orphelinat de la capitale. Et une jolie plume avec ça !

Une réponse à “La Thaïlande, un peu, beaucoup, passionnément…

  1. bravo pour cet article, c’est chouette de pouvoir lire ce que tu en as pensé avec un peu de recul!
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s