Bilan : Quatre mois dans la peau d’un Kiwi boy…

Cela fait tout juste quatre mois que je suis arrivé en Nouvelle-Zélande. A la veille des vacances d’été, je fais le point sur le premier tiers de mon aventure à l’autre bout du monde…

Pour ceux qui prendraient le train en marche, cela fait quatre mois que je suis à la University of Canterbury, dans le cadre de ma 3e année d’études à Sciences Po Paris (année dite « à l’étranger »). La Nouvelle-Zélande se trouvant dans l’Hémisphère Sud, les saisons sont inversées, tout comme le calendrier universitaire : le premier semestre commence fin février et se termine fin juin, le second semestre s’étend lui de mi-juillet à mi-novembre. Je suis arrivé à Christchurch le 4 juillet, j’y ai fait ma rentrée le 13 juillet, j’ai eu deux semaines de vacances de « février » du 22 août au 6 septembre, et maintenant je m’apprête à entamer trois mois et demi de vacances d’été. Je vous raconterai mes projets de vacances la semaine prochaine ; pour l’heure, retour sur ces quatre premiers mois chez les Kiwis…

Un premier constat : si la Nouvelle-Zélande est le pays le plus éloigné de la France, c’est seulement en termes de kilomètres. Pour le reste, comme dans l’Hexagone, le mode de vie est très occidental, avec des influences britannique et américaine omniprésentes – et même une touche de françitude. La culture maorie a beau être largement reconnue, elle est loin de modeler la société néo-zélandaise, particulièrement sur l’Île du Sud. Bref, que les aventuriers pantouflards se rassurent, il n’y a pas de gros choc culturel à craindre (ou espérer ?) en Nouvelle-Zélande. Je me suis rapidement adapté à mon nouvel environnement, retrouvant mon petit confort moderne, et remplaçant au passage les pigeons du boulevard Saint-Germain par les canards des Ilam Gardens.

Ilam Gardens (University of Canterbury)

Ma vie d’étudiant en Nouvelle-Zélande a quand même été, jusque là, différente de ce que j’ai pu connaître en France ces deux dernières années. Principale nouveauté : la vie de campus. La University of Canterbury se situe un peu à l’écart du centre-ville de Christchurch, sur un campus de 76 hectares, avec son propre complexe sportif, son centre de santé, sa librairie, ses restaurants, ses cafets, son pub, son agence bancaire, son agence de voyage, son coiffeur, sa pharmacie, etc. S’ils le souhaitent, les étudiants ont la possibilité d’être logés dans l’un des cinq halls of residence situés sur le campus – ce que j’ai fait ce semestre. Amis sédentaires, ceci est votre paradis : il est tout à fait possible d’y passer son année sans mettre le moindre pied hors du campus… (Carte : en bas à gauche, ma « cité U », sur Homestead Lane. En haut à gauche, les terrains de rugby. En bas à droite, le centre sportif. Et entre University Drive et Creyke Road, la partie principale du campus.)

Cette vie de campus a ses avantages et ses inconvénients, qui contribuent chacun dans leur style à en faire une expérience très intéressante. Principal avantage, le campus est bon pour votre vie sociale : quand il faut une heure pour se retrouver entre amis à Paris, il ne faut qu’une… minute pour le faire ici ! Pas de temps perdu dans le métro, il vous faut juste enfiler vos chaussures (ou pas), sortir de votre appartement, monter ou descendre quelques marches, et vous y êtes : apéro ! Et si vous trouvez que l’ambiance dans votre appart n’est pas terrible, no worries, allez toquer à la porte d’un des apparts voisins, vous y trouverez forcément des têtes connues. A l’inverse, principal inconvénient, le campus ne vous incite pas à sortir de votre bulle étudiante. Puisque vous avez tout à portée de main, vous n’avez pas tellement intérêt à payer $2.10 de bus pour aller en ville. Du coup, vous y allez peut-être une fois par semaine, le week-end. Dommage…

Dommage, oui, car Christchurch est une ville assez vivante. En soirée, elle peut paraître un peu déserte, mais il suffit de connaître les bons spots : Poplar Lane et surtout Sol Square sont deux ruelles très sympas pour quelques social drinks, tandis que Manchester Street est à conseiller pour les amateurs de clubbing et aussi de pubs irlandais (le Sullivans se vante d’avoir le plus grand verre de bière au monde). Christchurch propose par ailleurs une vie culturelle active : pêle-mèle, je me suis rendu à l’International Film Festival, à l’Arts Festival, au Body Festival, à un spectacle d’improvisation au Court Theater, à une représentation de La flûte enchantée à l’Isaac Theater Royal, et j’ai encore beaucoup à découvrir. Au rayon balades, le centre-ville n’a pas beaucoup de charme, donc mieux vaut se reporter sur les jardins botaniques, sur les plages de New Brighton et Sumner ou sur les collines environnantes. Et, dès que possible, s’échapper dans la campagne néo-zélandaise…

Sur les hauteurs de Christchurch

C’est véritablement en sortant des villes que l’on se rend compte de la beauté de la Nouvelle-Zélande. C’est parfois même un peu trop facile : cette beauté n’essaye pas de se faire désirer, en se cachant dans des « bons coins » par exemple ; non, elle s’offre à vous à chaque endroit, sans rechigner, dans un acte totalement gratuit, « plaisir d’offrir ». Ainsi, que ce soit en partant en rando dans les Alpes du Sud, en visitant Akaroa ou en chaussant les skis à Mount Hutt, j’ai été impressionné par la majestuosité et la pureté des paysages de l’Île du Sud. J’ai aussi eu la chance de partir pour une semaine de road-trip dans le nord de l’Île du Sud, il y a deux mois de cela ; j’y ai découvert une autre richesse des landscapes kiwis : leur diversité. De la plage de galets de Greymouth à la plage de sable doré de Kaiteriteri, des sommets enneigés d’Arthur Pass à l’eau transparente de l’Abel Tasman National Park, du soleil de Nelson à la tempête de Kaikoura, de la forêt vierge de la West Coast aux vignobles de Blenheim, tout, tout, tout, vous trouverez tout chez les Kiwis !

Et les études, ça se passe bien ? Très bien, ma foi. Là encore, changement de style par rapport à la France : de 24h de cours par semaine à Paris, je suis passé à moins de 12h hebdomadaires. Une charge de travail bien moins élevée donc, ce qui m’a fait un bien fou. Je suis content des cours que j’ai choisi, j’ai eu des bonnes notes sans avoir trop d’efforts à fournir, et surtout j’ai profité du climat de zénitude regnant sur le campus : ici, on vient en cours en vélo, en skate, en tongs, en pantoufles, et même pieds nus ; bref on ne se complique pas la vie, on prend son temps, on respire. Les professeurs se font appeler par leur prénom, et certains annulent même leur dernier cours pour vous laisser le temps de vous déguiser pour la fête de fin d’année ! Sweet as!

"Tea Party" à la University of Canterbury

Vous l’aurez compris, mon bilan jusque là est largement positif. J’ai rencontré des étudiants du monde entier (des Américains, beaucoup d’Américains, mais aussi des Allemands, des Saoudiens, des Chinois…) et je me suis fait des amis s’intéressant à toutes sortes de disciplines, de l’ingénierie à la sylviculture en passant par la biologie et le français. Même si les conversations « made in Sciences Po » me manquent parfois un peu, cela fait du bien de s’ouvrir à d’autres univers ! Parmi les points négatifs – car il y en a forcément quelques uns -, je mentionnerais mes progrès trop timides en anglais, dus selon moi à une utilisation encore quotidienne du français, lors de discussions avec les quelques Français de la fac ou lors de mes connexions sur le web, si bien que je pense encore en français. J’ai également fait très peu de sport au cours de ce semestre, je vais tout faire pour me reprendre au prochain semestre (basket-baaaaaall!). Enfin, cette immersion pas tout à fait totale dans la société néo-zélandaise est assez frustrante, même si je sais que cela ne pourra jamais être parfait…

Un petit mot sur ce blog pour finir. Je me suis efforcé d’y publier au moins un article par semaine, avec succès. Mes statistiques me montrent que je reçois près d’une centaine de visites par jour, ce qui est selon moi un joli score pour un blog consacré à la Nouvelle-Zélande – et surtout une belle preuve de fidélité de votre part, donc merci beaucoup ! Mon groupe sur Facebook augmente d’une semaine à l’autre, ce qui là encore me fait très plaisir (d’ailleurs, n’hésitez pas à le rejoindre si vous voulez recevoir la newsletter mensuelle). Merci également pour vos commentaires et vos mails, auxquels je m’efforce de répondre un maximum. Maintenant, je dois avouer que je ne suis qu’à moitié satisfait de ma production sur ce blog. Je dois avoir une dizaine d’articles commencés, mais jamais terminés et donc jamais publiés. J’aurais voulu vous proposer plus de rencontres, plus de vidéos, plus d’articles en lien avec l’actualité néo-zélandaise, pour vous aider à saisir les grands enjeux du pays. J’essayerai d’améliorer ça à l’avenir, tout comme j’essayerai d’être un peu plus actif sur le site Amphis d’@illeurs et, si l’occasion se présente, sur Rue 89. N’hésitez pas à me faire part de vos attentes pour la suite !

Dans tous les cas, merci à vous pour vos lectures et vos réactions, merci à Sciences Po pour cette formidable expérience, merci à ma famille et à mes amis pour m’avoir permis d’être là où j’en suis.

Quatre mois déjà que je suis en Nouvelle-Zélande, mais encore huit mois d’aventures à venir… Stay tuned!

2 réponses à “Bilan : Quatre mois dans la peau d’un Kiwi boy…

  1. J’ADORE. Cet article respire le bonheur, l’exotisme, continue d’enjoy comme ça!

  2. Merci pour ces nouvelles de l’autre côté de la planète, c’est toujours un plaisir pour moi de lire tes articles,

    bises enrobées du froid glacial et des bruits de circulation de Paris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s