Archives mensuelles : mars 2009

Visite au coeur du Paris kiwi

Plaque rue Servandoni

La Nouvelle-Zélande a sa rue à Paris. Coincée entre le Sénat et l’église Saint-Sulpice, la charmante rue Servandoni vous fait manger kiwi, voyager kiwi et acheter kiwi… Suivez le guide !

Provincial de mon état, je ne suis pas un grand fan de la capitale, qu’il m’arrive de trouver oppressante et de taille inhumaine. Mais je lui reconnais volontiers cet atout : on peut jouer à s’y perdre. Non, pas s’y perdre totalement, car on retombe toujours sur une station de métro, voire une grande artère, trop faciles échappatoires. Mais jouer à s’y perdre, c’est faisable. C’est amusant, c’est excitant, c’est parfois vertigineux. On erre là, sans but, à marcher, à regarder, à s’étonner tel le voyageur de Proust, avec de nouveaux yeux. Et c’est souvent comme cela qu’on découvre des petites rues, qui n’existent pas vraiment le reste du temps, quand, en bon Parisien pressé, on préfère remonter les grands boulevards pour rejoindre plus rapidement notre but.

La rue Servandoni est une de ces petites rues cachées, mystérieuses, de Paris. Elle a du charme. Elle est étroite ; une voiture y passe forcément en surveillant ses rétroviseurs. Et en plus elle a de l’humour : située dans l’un des quartiers les plus touristiques de la Ville Lumière, délimitée dans sa partie supérieure par le jardin du Luxembourg et dans sa partie inférieure par l’église Saint-Sulpice (excusez du peu !), cette ruelle discrète s’offre malgré tout le luxe de pouvoir compter sur les doigts de la main ceux qui y passent, tellement ces aventuriers – plus ou moins égarés – sont rares…

Rue Servandoni, depuis la rue de Vaugirard

L’aventure, voilà ce qui m’a amené à mettre pour la première fois les pieds rue Servandoni. C’était il y a quelques semaines seulement, peu après l’annonce de mon affectation en Nouvelle-Zélande. J’y suis allé parce que s’y trouve une agence de voyages, dont le nom dit tout : Nouvelle-Zélande Voyages. J’en suis ressorti avec la ferme intention de vous en parler sur ce blog, car cette rue est en fait bien plus que ce que je viens de vous décrire… C’est une enclave néo-zélandaise en plein Paris, c’est la Kiwi Alley de Paname.

Avez vous déjà mis les pieds dans un restaurant dédié à la cuisine néo-zélandaise, australienne et tahitienne ? Avez-vous déjà vu une agence de voyages spécialisée sur la Nouvelle-Zélande et ses environs ? Avez-vous déjà fait du shopping dans une boutique 100% kiwi et wallaby  ? Non ? Alors installez vous confortablement et suivez moi dans ces trois nouvelles vidéos du Pari Kiwi !!!

Kiwis drapeaux

Première étape, le Kiwi Corner

On commence par une rencontre avec Lucas, le responsable du restaurant – savourez son accent ! – et avec le chef Olivier, en salle puis dans les cuisines du Kiwi Corner ! Mettez vos sens en alerte et appréciez cette cool attitude, man…

[Avant de commencer la lecture des vidéos, pensez à activer les sous-titres : en bas à droite de la vidéo, cliquez sur « MENU » et ensuite sur « sous-titres fr »]

Kiwis drapeaux

Deuxième étape, Nouvelle-Zélande Voyages

On enchaîne avec un entretien en compagnie de Michel Lesot, responsable de l’agence. Il revient sur la naissance de la société il y a dix ans, sur sa belle expansion… et of course sur une destination qui a le vent en poupe, la Nouvelle-Zélande ! Le tout avec le sourire… :)

Kiwis drapeaux

Troisième étape, The Australia NZ Shop

Connaissez-vous les « Tim Tams » ? La « Vegemite » ? La « Steinlager » ? Autant de produits venus d’Océanie et vendus à la boutique de la rue Servandoni, où l’on découvre également avec Jérôme que la bière Foster’s n’est pas si australienne que cela… My God!

C’est ainsi que s’achève cette visite ! Merci à toutes les personnes du groupe Nouvelle-Zélande Voyages pour leur accueil, et tout particulièrement à Céline, qui m’a aidé à organiser ce reportage, plutôt que passer devant la caméra… ;-)

***********************

PS gourmand : Si vous avez été attentifs à la troisième vidéo, le nom « Tim Tam » vous rappellera quelque chose… C’est ça, il s’agit bien de ces biscuits australiens au chocolat, qui squattent la tête du top ventes de la boutique… Évidemment, je n’ai pas résisté à la tentation, j’en ai acheté deux paquets. :-) Le premier des deux ayant été assez vite liquidé et une petite gêne pointant le bout de son nez, j’ai décidé de camoufler ce goinfrage derrière mon devoir d’information (auto-proclamé) et donc de vous faire un compte-rendu de dégustation.
J’ai du mal à en trouver un équivalent en France. Pour ceux qui seraient habitués aux sucreries britanniques, c’est assez proche des Pinguins (auxquels on aurait ajouter une idée de Crunchy). Une crème au chocolat au lait, prise en sandwich par deux biscuits au chocolat, croustillants mais très fondants (consistance parfaite !), le tout enrobé dans Tim Tam (photo clumsy.fr)du chocolat au lait. Il en ressort un ravissant petit goût de caramel, qui fait à mon sens toute la différence ; une saveur (trop ?) sucrée qui permet aussi de ne pas liquider d’une traite les 11 Tim Tams contenus dans le paquet. Mais comptez davantage sur le prix pour éviter d’abuser de ces bonnes choses : 5 euros le paquet, 9 euros les 2, et 12 euros les 3.

 

Des usages et de l’étiquette en Nouvelle-Zélande

Culture Smart

Comme si les fiches de lecture de Sciences Po ne me suffisaient pas, voilà que j’en écris aussi sur mon blog. C’est grave, docteur ?

C’est mon petit frère qui m’a offert ce livre, à Noël. A ce moment-là, j’en étais encore à remplir mon dossier de candidature pour cette fameuse année à l’étranger, c’est dire si la Nouvelle-Zélande était encore loin d’être une réalité pour moi ! Ce n’est qu’une fois passés la (très) stressante période des affectations et le soulagement des résultats  que j’ai enfin pu ouvrir, sans crainte, ce petit guide, consacré « aux usages et à l’étiquette » en Nouvelle-Zélande

Je vous l’avoue, en lisant ce sous-titre « customs & etiquette« , j’ai d’abord cru tomber sur l’adaptation néo-zélandaise du guide de savoir-vivre de Nadine de Rotschild (mon Dieu!). Mais heureusement, ce Culture Smart! New Zealand ne s’intéresse ni à la taille des verres ni à l’espacement entre le porte-couteau et la petite fourchette, délaissant tout ceci au profit de considérations plus générales et (relativement) stimulantes… Sont ainsi passés en revue les thèmes de la population, de son territoire, de ses valeurs, de son humour, de ses traditions, de sa vie quotidienne, de son économie, de ses loisirs, etc., bref de quoi nous offrir, en moins de 200 pages, un rapide aperçu de la Nouvelle-Zélande d’aujourd’hui.

Inévitablement dans ce genre d’exercice, l’auteur tombe parfois dans les travers de la caricature et de la généralisation excessive, donnant au lecteur la désagréable impression d’être matraqué à coup de clichés dont il pourrait être difficile de se défaire… Mais à partir du moment où l’on lit ce genre d’ouvrages pour le plaisir et sans y accorder trop d’importance, on s’épargne ces désagréments et on arrive à en retenir quelques détails amusants ou marquants… En voici, pour toi public, un petit florilège traduit par mes soins (pour le meilleur et pour le pire)…

  • « La Nouvelle-Zélande se vante d’avoir été le premier pays à accorder le droit de vote aux femmes, en 1893. »
  • « Le climat modéré de la Nouvelle-Zélande, son environnement propre et vert, ses services publics fiables et sa sécurité en font un pays facile à visiter et explorer. » Adieu mon égo d’aventurier…
  • « Le chef de l’État est la Reine Elisabeth II, représentée en Nouvelle-Zélande par un Gouverneur Général. »
  • « Le pays est en fait un archipel de plus de 700 îles. A 850 km à l’est se trouvent les îles Chatham, qui sont les premières à voir le soleil se lever et à fêter le Nouvel An. » Peut-être une idée pour mon prochain réveillon… :)
  • « Du fait d’importants trous dans la couche d’ozone, Auckland a le taux de mélanomes le plus élevé au monde. Les bulletins météo comportent toujours des références à l’indice UV. Les élèves sont même obligés d’apporter des chapeaux pour avoir le droit de jouer dehors. Pas de chapeau, pas de récré ! » Une pensée donc Creative Commons License - Swisscanpour mes amis en partance pour Auckland, n’oubliez pas votre chapeau !
  • « Il y a douze moutons par habitant en Nouvelle-Zélande, contre vingt auparavant. »
  • « Une étude de 2001 a montré que le fish&chips reste le mode de restauration rapide le plus populaire, malgré l’arrivée de KFC, Pizza Hut, McDonald’s et même du hamburger. »
  • « Le terme maori vient de Ma-Uri, qui veut dire « enfants du Paradis » et le terme tapu, qui veut dire « sacré » ou « divin », a donné naissance au « tabou ». »
  • « L’équipe de basket-ball de Nouvelle-Zélande s’appelle les Tall Blacks. »
  • « La Nouvelle-Zélande a le taux de chômage le plus faible de l’OCDE, se situant autour de 3,5% en décembre 2005. »
  • Plus facile à composer que notre 112 : « Le numéro d’urgence pour tous les services est le 111. Vous serez redirigé vers la Police, les Pompiers ou le SAMU. »
  • « Un homme blanc est appelé Pakeha en maori ».
  • Et pour finir, les Kiwis aussi ont leur Mika ! « Le chanteur-danseur Mika, avec sa compagnie de danse Torotoro, s’est produit à quatre éditions successives du Festival d’Edimbourg. » Et ça vaut le détour :

Encore une fois, j’attends vos réactions !!!

avatar

Le Pari Kiwi vous a présenté : Culture Smart! New Zealand, de Sue Butler, chez Kuperard (London, 2006), 168 pages. £6.95, dans toutes les bonnes librairies ! :)

C’est quoi, pour vous, la Nouvelle-Zélande ?

Pour vous accueillir sur ce blog, un billet de bienvenue… et surtout un vidéo-trottoir fait maison, dans les rues de Quimper et de Paris. Let’s go!

Bienvenue à tous sur Le Pari Kiwi !

Tout d’abord, laissez-moi répondre à cette question que vous vous posez sans doute depuis quelques secondes maintenant, depuis que vous avez débarqué ici : « Où suis-je ?! »Rassurez-vous, vous n’êtes pas complètement perdu : vous êtes sur le tout nouveau – et premier – blog d’un étudiant breton actuellement en deuxième année à Sciences Po Paris, qui s’apprête à partir étudier un an en Nouvelle-Zélande, dès juillet. Cet étudiant breton (moi, en fait) a décidé d’investir la blogosphère pour partager ses futures tribulations au pays des kiwis et pour s’armer contre les tentations d’un séjour « touristique ».

Le Pari KiwiVoilà pour l’essentiel. Ne m’en demandez pas plus, du moins pour le moment… Car j’aurais bien du mal à vous expliquer précisément de quoi sera fait ce blog au cours de cette aventure ! Certes, j’ai bien quelques petites idées derrière la tête, quelques objectifs : présenter la Nouvelle-Zélande sous un jour inédit, proposer des reportages vidéo et photo autant que possible, aller à la rencontre des Néo-Zélandais dans toute leur diversité, voyager dans le pays et ses environs, fourbir mes armes de journaliste, échanger un maximum avec les internautes, etc. Mais tout ceci reste bien flou et peut-être utopique…

D’où ce nom : le Pari Kiwi. Ce blog est un challenge, un défi. Ce blog est un Pari que je me suis lancé, depuis Paris (avec un « s » cette fois), sans savoir dans quelles conditions je vais évoluer en Nouvelle-Zélande, sans savoir si j’aurai suffisamment de temps à y consacrer, sans savoir si je saurai répondre aux inévitables « bugs » que je serai amené à rencontrer, sans savoir si cet enthousiasme qui m’anime actuellement résistera à ces 19 000 kilomètres de distance…

En tout cas, en lançant ce blog en mars, je me laisse quelques mois de rodage, avec l’espoir d’atteindre une vitesse de croisière dès mon arrivée sur les Terres du Milieu. Je vais notamment en profiter pour faire mes premiers pas dans le monde de la vidéo et, je l’espère, vous mettre l’eau à la bouche !

Cela commence dès maintenant, avec une première vidéo, tournée à Quimper et Paris. Une vidéo née de cette interrogation : au fait, pour nous Français, qu’est-ce que la Nouvelle-Zélande ? Le pays des kiwis ? Le pays du rugby ? Le pays des Hobbits ? Ah bon, c’est un pays ?

« C’est quoi, pour vous, la Nouvelle-Zélande ? » Réponse tout de suite ! C’est parti mon… kiwi ! :)

[Un grand merci aux personnes qui ont accepté de me répondre et de se faire filmer ! ]
[Merci aussi à Davs pour sa collaboration au montage !]


Vous aussi, exprimez-vous ! C’est quoi, pour vous, la Nouvelle-Zélande ? Dites-le moi à la suite de cet article, en commentaire ! Merci d’avance !

Et à très bientôt sur Le Pari Kiwi !!!